Historique

Fondée le 11 novembre 1908, la Jeanne d'Arc de Caluire a eu comme premier Président Monsieur Louis de la BROSSE et avait pour but "de développer par l'emploi rationnel de la gymnastique, du tir et des sports, le joies physiques et mora-les des jeunes gens et de préparer au pays des hommes robustes" (texte des premiers statuts déposés lors de la  fondation).
Elle eut ensuite comme présidents Messieurs Pierre VERNADET, Maurice CHARDINY,
Pol CARRAZ,  Camille FAZY,  Henri SAVOYE  et de 1987 à 2010  Pierre COUDER.

Le président actuel est depuis le 1 Août 2010 : André PIERRON.

Les présidents de la JAAC depuis sa création

 

Son premier concours en 1909 lui  apporta un 1° prix de pyramide. En 1910  à GENAS, les adultes  et les  pupilles obtinrent  un 1° prix  en première division. Diverses récompenses vinrent couronner le travail effectué par les sections.

 

Dès la reprise de 1920,  les sections s'étoffent.  Les pupilles  font alors connaissance avec une nouvelle méthode d'entraîne-ment : les mouvements d'ensemble  avec les bâtons.  Beaucoup de persévérance et surtout de patience de la part des moniteurs furent nécessaires pour obtenir une exécution correcte avec ces fameux bâtons qui n'étaient pas souvent tenus  correctement.
 Mi-athlètes, mi-gymnastes les garçons trouvaient la  récompense de leurs efforts  dans  le déplacement  que comportait  le concours  en section et, il est probable,  qu'ils oubliaient les places  obtenues  par la  Jeanne d'Arc  pour se  souvenir des voyages.

 

En 1933, création  de  la Batterie qui  allait devenir une des toutes premières musiques de la région.

En 1942,  est alors créé  la section  féminine  qui allait s'appeler "Alouettes de Caluire". 1° Concours régional féminin au stage des Chânées à Gerland et pour sa  première  compétition l'équipe  se classe  1° en  division   débutante. Les
"Alouettes" sont  dirigées par  Yvonne PERAGLIE à  qui succèdera  rapidement Simone ROJON.
A partir  de 1946  développement  important  de  la Jeanne  d'Arc - Alouettes avec la  création de  plusieurs sections : Basket, Football, Athlétisme, Boules.
De nombreux titres de Champions de France  Fédéraux F.S.C.F. viennent
cou-ronner les Alouettes aînées et jeunesses, les  adultes garçons et la batterie et particulièrement l'année 1965  où Adultes  garçons, Alouettes et Batterie rap-portent TROIS TITRES de CHAMPIONS  DE FRANCE FEDERAUX la même année. Grande  manisfestation à  Caluire en  présence du Député-Maire  Monsieur le Docteur Dugoujon.
En parallèle sur  le plan  régional la  Jeanne d'Arc et  les Alouettes tiennent la tête des  sociétés du Rhône pendant de nombreuses années.

En 1967 création de nouvelles sections : TENNIS DE TABLE, SKI, DANSE.
1971 voit  encore  la  naissance  de  deux nouvelles sections : NATATION et JUDO.
La Jeanne d'Arc - Alouettes compte alors un effectif de 600 membres.

La Jeanne d'Arc- Alouettes  va faire connaître notre ville de CALUIRE dans toute la FRANCE, grâce à des résultats excellent et des prestations de qualité dont les membres et leurs moniteurs peuvent être fiers.

106 ans ont passé depuis  la fondation  de la  Jeanne d'Arc.
Malgré les vicissitudes rencontrées les dirigeants successifs  ont toujours oeuvré pour porter haut le renom d'une société qui nous est chère.
Nous formons des voeux pour que la Jeanne d'Arc et les Alouettes restent fidèles à l'image que nos anciens ont su donner, image qui lui a rapporté un renom local, régional et national.

Henri Savoye

Président d'Honneur

Clin d'oeil au passé

(Doc Fédération Française de Gymnastique, FFG)

Les premières tenues

Lors de la première fête fédérale, le règlement précise alors dans son article 5 :  "Tout participant doit en plus de sa carte (... ) adopter, autant que possible, un costume uniforme."  A la 3è fête fédérale, à Epinal  en 1877, le comité d'organisation demandait à chaque association de faire parvenir les couleurs des costumes. En règle générale alors, les productions (défilés ou concours) s'effectuaient avec la même tenue qui se décomposait ainsi :

- Coiffure :  casquette, képi, béret, bonnet de police.

- Buste :  chemise avec manches demi-longues, courtes et sans col, maillot de corps ou vareuse à double rangée de boutons.

- Sautoir :  ruban placé en travers de la poitrine aux couleurs de la société sur lequel on plaçait les insignes des fêtes et concours auxquels on avait participé.

- Une ceinture.  

- Culotte  qui s'arrêtait au genou légèrement bouffante (dite cycliste).

- Jambes : bas avec parfois des guêtres d'ordonnance.

- Chaussures :  genre bottines ou chaussures sans talon.Vers 1912 apparaît le collant complet  ou à mi-jambes, appelé « maillot ». Les jeunes gens qui portaient le collant expliquaient qu'il facilitait leur travail aux agrès et qu'il était aussi porté par les artistes acrobates du cirque.

 

Vers 1912 apparaît le collant complet  ou à mi-jambes, appelé « maillot ». Les jeunes gens qui portaient le collant expliquaient qu'il facilitait leur travail aux agrès et qu'il était aussi porté par les artistes acrobates du cirque.

Un article du Gymnaste d'alors interpellait ainsi les novateurs :

« Allons jeunes gens, dans la question du collant, il y a surtout  une satisfaction d'amour-propre à montrer vos académies, satisfaction que vous  jugerez plus tard déplacée le jour où, pères de famille, vous conduirez vos  enfants dans les fêtes.  »



Le maillot porté aujourd'hui appelé "léotard" était la tenue des  gymnastes de cirque du XIXè siècle. Aujourd'hui, la tenue du gymnaste n'a guère  évolué. Les couleurs, comme pour les justaucorps féminins, sont venues égayer  le costume du gymnaste.